Prévention de l’intimidation

Le Collège de l’Assomption met en place plusieurs moyens de prévenir et de sensibiliser les jeunes à l’intimidation. Chaque année, un plan d’action concret est mis en place et à la fin de l’année scolaire l’équipe de direction en fait le bilan.

Le mot d’ordre : Aucune forme d’intimidation n’est tolérée.

Chaque adolescent a le droit de se sentir en sécurité à la maison, à l’école et dans la collectivité (Convention des Nations Unies relative aux droits de l’enfant, 1990). L’intimidation n’est pas un mal nécessaire dans la vie d’un jeune. Généralement, ce type de comportement ne disparaît pas de lui-même. Il est donc important d’agir, et le plus rapidement sera le mieux car, sans intervention, l’intimidation prendra de l’ampleur et rendra le quotidien de la personne intimidée invivable.

Pour que ce comportement nuisible cesse, il faut que nous intervenions tous lorsqu’il se produit et que nous prenions des mesures pour éviter qu’il se reproduise.

La première étape consiste à reconnaître l’existence du problème et l’identifier.

Mais attention! Pour qu’il y ait intimidation, il est nécessaire qu’on retrouve ces trois critères :

1-  Il doit y avoir un déséquilibre de force entre les parties (ici on ne parle pas seulement de force physique, mais aussi de la force du nombre ou encore le fait d’avoir un leadership important sur les autres en démontrant une grande confiance en soi);

2-  On doit aussi retrouver un déséquilibre dans les émotions ressenties(l’intimidateur s’amuse à faire ce qu’il fait; il en retire du pouvoir, alors que sa victime, elle, vit des émotions désagréables telles que la peur, le sentiment d’incompétence, l’isolement, etc.);

3-  Finalement, il doit y avoir répétition dans les actes d’intimidation (attention! Parfois, il suffit d’un seul geste pour qu’il y ait répétition; par exemple, un message malveillant publié sur les réseaux sociaux et partagé par des dizaines de personnes peut être considéré comme de l’intimidation).

*** Se taquiner, se bousculer amicalement et même faire semblant de se battre ne sont pas considérés comme des actes d’intimidation quoique nos éducateurs sont présents pour intervenir afin que ces comportements ne deviennent pas nuisibles.

Intimidation – Guide à l’intention des parents

Intimidation – Guide à l’intention des élèves