Historique

Une petite histoire de l’Association

Voici, pour commencer, quelques jalons des débuts de la petite histoire de l’Association.

Plus tard, un document plus élaboré nous renseignera davantage sur le sujet.

Le 15 décembre 1921, au presbytère de la paroisse Saint-Édouard de Montréal, se tient la première réunion de ce qui deviendra le comité de fondation de l’Association des anciens* du Collège de l’Assomption. Celle-ci s’est tenue à l’initiative du chanoine Napoléon Morin (40e cours) et de l’avocat Émile Sasseville (66e cours).

Le 30 mai 1922, se tient la première assemblée générale des anciens, soit la toute première Amicale à laquelle participent plus de 800 anciens, dont quelques vraiment anciens comme le notaire Eugène Archambault (14e cours: 1846-1853), originaire de Repentigny et le notaire Philibert Beaudoin (15e cours: 1847-1854), lui aussi originaire de Repentigny. Y participent aussi, entre autres, quelques petits… disons moins anciens comme l’abbé Armand Beauregard (71e cours: 1903-1911), originaire de l’Assomption et le juge (qui ne l’était pas encore à l’époque) Pascal Lachapelle (79e cours: 1911-1919), originaire de Montréal qui est décédé récemment (le 10 février 1998) à l’âge vénérable de 99 ans (ou pas très loin).

Ont été élus au conseil d’administration: Napoléon Morin (40e cours: 1872-1880), chanoine, originaire de Saint-Jacques: à la présidence, Édouard Contant (42e cours: 1874-1882), prêtre, originaire de Saint-Jacques: à la trésorerie, Émile Sasseville (66e cours: 1898-1906), avocat, originaire de Terrebonne: aux archives, Joseph Cloutier (63e cours: 1895-1903), prêtre, originaire de Saint-Jacques: au secrétariat, Charles-A. Lamarche (50e cours: 1882-1890), évêque, originaire de Saint-Roch-de-l’Achigan: au poste de conseiller.

En cours d’année, Napoléon Morin sera remplacé à la présidence par Édouard Contant qui sera lui-même remplacé à la trésorerie par Joseph Cloutier.

* On ne vous a pas oublié, mesdames, mais vous savez sûrement que pendant très longtemps (dont à l’époque qui nous concerne ici), le Collège de l’Assomption ne recevait dans ses murs que des garçons. En contrepartie, il y eut aussi à l’Assomption, pendant de nombreuses années un couvent d’excellente réputation exclusif aux filles…